Depuis longtemps, la lingerie entretient une relation incontournable avec les femmes. Avant d’être la haute lingerie raffinée d’aujourd’hui, les origines ont été les bandages antiques. Elle marque une histoire selon les époques vécues. Elle crée avec la femme, un rapport à l’intime et à la beauté. Dans cet article, partez à la découverte de l’histoire de la lingerie féminine à travers les siècles.

Le début : la lingerie antique

Dans l’antiquité, la lingerie possède un aspect androgyne. Comme sous-vêtements, la femme a un bandage de lin afin de maintenir sa poitrine. Elle l’enroule soit par-dessus soit sous sa tunique. Les bandages peuvent être aussi faits de laine ou de cuir. Pour le ventre et les hanches, les bandelettes s’en occupent. La lingerie antique ressemble plus à des bikinis ou même à des ensembles de lingerie modernes.

Le sous-vêtement médiéval au Moyen-Age

À l’époque de la Moyen-Age, une chemise appelée « chainse » et les chausses forment la lingerie féminine. La paysanne porte une chemise en toile de chanvre robuste et la bourgeoise porte une chemise en toile fine. Au XIVe siècle, le col de la chemise ressemble davantage à un « V ». Un bandeau de toile maintient les seins et serre la chemise. Les culottes voient le jour à la fin du XVIIIe siècle. Par contre, le rôle des chausses est de protéger les jambes.

La lingerie renaissance accompagnée du corsage et du vertugadin

Les dessous féminins prennent un tournant lors de la Renaissance. Ils gagnent plus en dimension esthétique. La chemise évolue en blanche exprimant la propreté. À l’époque de François 1er, le vertugadin apparaît à l’issue de l’Espagne. Les femmes l’assortissent d’un corsage raide et pointu. À cette époque, l’esthétique et la beauté sont très résilientes.

Lingerie des siècles
Lingerie des siècles

La lingerie de l’engouement pour la dentelle

Au XVIIe siècle, la dentelle est une vraie tendance autant pour les femmes que pour les hommes. Une chemise de nuit permet d’afficher l’élégance même dans l’intimité. Le corset devient plus court, mais reste rigide. Seules les femmes de l’aristocratie peuvent le porter, attribuant à leur buste une forme conique. Quant aux paysannes, elles lacent un corselet léger sur leur jupe et leur chemise.

Les paniers et jupons pour la lingerie du XVIII ème

Au XVIIe siècle, naissent les coquets jupons en soie, ornés de rubans sans oublier les dentelles. Les gorges se montrent davantage. Par contre, le corset demeure, mais devient plus souple. Les paniers très larges sur les côtés, aplatis de devant et derrière, apparaissent sous la robe. Ils se constituent d’un cerceau de bois ou d’osier, ce qui peut accentuer la rondeur des hanches ou la finesse de la taille.

La folie dans la lingerie après 1914

La Grande Guerre a des effets sur la belle lingerie féminine. Les femmes abandonnent les corsets, les jupons et tournure afin d’exprimer une morphologie plus simple. La poitrine se dissimule alors que les jambes se dévoilent. Les robes deviennent plus courtes et droites. En 1918, la culotte courte apparaît.

La lingerie des années 30 et 40 : soutiens-gorges et bas nylon

Cette époque redonne des formes aux femmes. Le soutien à microfibre souple et élastique permet d’afficher une silhouette séduisante. Le bas nylon se lave facilement, sèche vite sans besoin d’être repassé. Par ailleurs, en 1933, la gaine est d’une prospérité d’où le lancement de la gaine « Scandale ». Le soutien-gorge avec armatures est plus confortable grâce à ses bretelles amovibles.

Lingerie féminine
Lingerie féminine

La guêpière et balconnet des années 50

La guêpière et le balconnet naissent pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils accompagnent une silhouette féminine amaigrie. Inspirée de la taille de guêpe, la guêpière épanouit la poitrine et les hanches. Des popularités comme Marylin Monroe et Ava Gardner l’ont porté à l’époque. De l’autre côté, le soutien-gorge balconnet est créé pour le maintien de la poitrine en obus. La tendance de la lingerie consiste à faire remonter la poitrine des femmes afin de la rendre saillante.

Le string et bas auto fixant à la mode des années 80

La femme des années admire les corps athlétiques vêtus des vêtements moulants. Dotée d’une forte sexualité, elle adopte le string et le tanga. La lingerie veut projeter un effet de seconde peau d’où le string est partout. À la recherche d’une conciliation de la féminité et esprit pratique, les femmes optent pour les bas auto fixant surnommés « Dim’up ».

Les ampliformes et slip brésilien de la lingerie des années 90

La poitrine se dévoile davantage et vole la vedette aux jambes. La poitrine attire toutes les attentions et la silhouette idéale s’amincit. Les soutiens-gorge ampliformes permettent de rehausser et de recentrer toutes les poitrines. Le slip brésilien remplace le string qui perd de la place. Plus facile à porter, sa bande est plus large à l’arrière.

La lingerie du XXI ème siècle à nos jours

De nos jours, la lingerie sexy regagne son aspect d’hyperféminité. Elle se développe et exprime l’assurance en soi de la femme moderne. La lingerie féminine devient plus accessible :

Les femmes de nos jours ont un large choix et de nouvelle collection ne cesse de voir le jour dans tout boutique de lingerie, physique ou en ligne. Il existe aussi diverses marques de lingerie qui offrent à toutes les femmes les underwear dont elles ont besoin pour remplir sa garde robe. Même les femmes de grande taille peuvent avoir un ensemble de lingerie adapté à leur taille.

Conclusion

Pour conclure, l’histoire de la lingerie est longue, mais passionnante et diversifiée. Elle a connu des époques restreignant et épanouissant. Victime des événements marquants, la lingerie fine féminine exprime sa version des choses à travers le changement des morphologies qu’elle offre à la femme. Cependant, ces derniers siècles permettent aux femmes de revivre toutes ces époques avec la mode qui a plus de liberté.
6