Avez-vous déjà vu des peintures avec des lignes simples et précises et qui affichent une couleur unique ou bien des formes géométriques répétitives ? Vous avez peut-être avez sous l’œil  l’art minimaliste. Dans cette leçon, vous explorerez les caractéristiques de ce mouvement et des peintres célèbres et amateurs du minimalisme.

Minimalisme

Le minimalisme était un mouvement artistique qui s’est développé aux États-Unis à la fin des années 1950 et qui a atteint son apogée au milieu et à la fin des années 1960. On l’appelle aussi l’art minimaliste ou l’art ABC parce qu’il se concentre sur les éléments de base. Il est né des idées exprimées au début du XXe siècle par des peintres et artistes comme le russien Kazimir Malevich, pionnier de l’art abstrait qui a peint des tableaux non figuratifs sans référence aux paysages, aux personnes, encore moins aux natures mortes du monde réel.

Minimalisme
Minimalisme-Crédit photo : Pixabay

Le minimalisme était aussi une réaction au style d’art le plus en vogue des années 1950, l’expressionnisme abstrait, dans lequel l’art véhiculait de multiples significations d’émotions et d’idées intenses, parfois créé de façon spontanée et non planifiée. Les expressionnistes abstraits utilisaient souvent des coups de pinceau épais et peignaient cela à la main. Un exemple d’expressionnisme abstrait est l’œuvre Woman V de Willem de Kooning, réalisée au début des années 1950. Il est agressif, émotionnel et presque violent dans ses coups de pinceau et ses lignes.

Caractéristiques de l’art minimaliste

Plusieurs caractéristiques importantes identifient l’art minimaliste. L’une des plus courantes est la répétition, ou la création de plusieurs images de la même forme, en particulier des formes géométriques simples comme des lignes et des carrés. Les artistes répètent des formes et produisent des peintures composées de blocs de couleurs verticaux. Beaucoup d’œuvres sont extrêmement simples, réduites au minimum de lignes ou de formes nécessaires pour exprimer une image.

Les contours du sujet peuvent être lisses, finis et dépourvus de coups de pinceau évidents ou même d’un soupçon de touche manuelle. L’art minimaliste se concentre sur des choses comme la géométrie, la ligne et la couleur. Les premières œuvres avaient tendance à être monochromatiques, limitées à une seule couleur et aux teintes qui s’y rapportent (comme le noir, le gris et le blanc). Une autre façon d’identifier une peinture minimaliste est de chercher des limites précises et dures entre les zones de couleur. Il n’y a pas d’ombres ni de transition subtile.

Plusieurs caractéristiques importantes identifient également ce que nous ne trouverons pas dans le minimalisme. Par exemple, il peut ne pas du tout être expressif. Au lieu de cela, l’artiste enlève tous les éléments de biographie ou d’émotions. Quand vous vous tenez devant une peinture minimaliste, vous ne verrez pas de grandes idées, des sujets complexes ni autre. Les peintures portent sur la géométrie et la couleur. L’art minimaliste est l’art pour l’art sans l’émotion.

Peintres minimalistes

Certains des artistes minimalistes les plus en vue étaient des sculpteurs, des artistes comme Sol LeWitt et Donald Judd. Ce dernier a par exemple commencé sa carrière artistique comme peintre et a fait de la critique d’art dans les années 1940. Son travail est important parce qu’il a contribué à définir le minimalisme, en particulier son essai  » Specific Objects « , qui prône l’art fait de matériaux du quotidien. Judd s’est finalement tourné vers la gravure avec le bois, puis s’est concentré sur la sculpture.

Parmi les peintres minimalistes éminents, l’un des plus anciens fut Ellsworth Kelly (1923 – 2015), dont les œuvres présentaient des bordures précises et dures entre les blocs de couleur. Actif pour la première fois au milieu des années 1950, il est antérieur à l’établissement clair du minimalisme, mais dans des tableaux comme Red Yellow Blue White et Black de 1953, il montre clairement le caractère de l’artiste.

La musique et le minimalisme

L’art minimal, avec la musique d’Erik Satie et l’esthétique de John Cage, a eu une influence distincte sur la musique minimaliste. Réagissant contre le style complexe et intellectuellement sophistiqué de la musique moderne, plusieurs compositeurs ont commencé à composer dans un style simple et littéral, créant ainsi une musique extrêmement simple et accessible. La Monte Young, par exemple, a composé un certain nombre d' »environnements électroniques à fréquence continue », dans lesquels il a généré quelques sons et les a ensuite soutenus électroniquement, parfois pendant des jours et même des semaines.

Young ajoutait très peu à cette texture et éliminait pratiquement toute variation en tant que technique de développement. Comme Young, Morton Feldman a essayé d’éliminer les variations. Ses œuvres explorent des timbres instrumentaux novateurs à travers une lente succession de sons doux sans rapport les uns avec les autres. Un autre groupe de compositeurs-Philip Glass, Steve Reich, Cornelius Cardew et Frederic Rzewski a été influencé par la musique de l’Inde, de Bali et de l’Afrique occidentale. Ils utilisaient des motifs harmoniques et mélodiques simples dans leur musique.

En musique comme en art visuel, le minimalisme était une tentative d’explorer les éléments essentiels d’une forme d’art. Dans les arts visuels minimalistes, les éléments personnels et gestuels ont été dépouillés afin de révéler les éléments objectifs et purement visuels de la peinture et de la sculpture. Dans la musique minimaliste, le traitement traditionnel de la forme et du développement a été rejeté au profit de l’exploration du timbre et du rythme ainsi que du développement des éléments musicaux peu familiers pour les auditeurs occidentaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *