L’hyperréalisme est la jeune forme d’art qui consiste à créer des illusions en mettant en valeur la réalité. Les artistes de ce genre vont au-delà de la simple qualité photographique en mettant l’accent sur les détails visuels, sociaux et culturels de la vie quotidienne. Ils jouent avec l’intensité des couleurs, l’éclairage, le contraste et la netteté pour donner une représentation plus vivante de ce que nous pouvons voir à l’œil nu. C’est ce qui distingue l’hyperréalisme de son prédécesseur plus naturaliste, le photoréalisme.

Qu’est-ce que l’hyperréalisme ?

Les artistes hyperréalistes choisissent généralement le dessin, la peinture et la sculpture dans leurs efforts pour donner vie à une dimension supplémentaire de la réalité. Grâce à l’utilisation accrue de la technologie dans les arts visuels, ils peuvent aussi utiliser des techniques d’illustration numérique ou d’altération d’images transférées sur des toiles ou des moules dans leur travail.

Dans l’ensemble, l’hyperréalisme est un moyen extrêmement efficace d’explorer la façon dont nous interagissons avec nous-mêmes, avec les autres. Mais également avec les objets ordinaires de notre vie quotidienne. Pour cette raison, les artistes ont la liberté d’utiliser l’hyperréalisme pour dépeindre l’être humain à travers un éventail de lentilles allant du social et du politique au psychologique, de l’interne ou de l’esthétique, du fonctionnement externe de l’esprit et du corps.

Comment le style hyperréaliste s’est développé à partir du photoréalisme et qu’est-ce qui l’a rendu différent ?

L’origine du terme hyperréalisme (Hyperréalisme) remonte à 1973, lorsque Isy Brachot inventa pour la première fois le titre d’une grande exposition et d’un catalogue dans sa galerie à Bruxelles. L’exposition comprenait des artistes influents tels que Richte, Delcol et Gnoli, mais elle était dominée par des photographes américains comme Chuck Close, Robert Bechtle, Ralph Goings et Don Eddy. Depuis l’événement, l’hyperréalisme a été utilisé comme terme désignant les peintres influencés par les Photoréalistes. Dans la lignée de leurs racines dans le photoréalisme, la nouvelle branche du réalisme s’est efforcée de dépeindre les images d’une manière ultra-réaliste. Cependant, elle contrastait quelque peu avec l’approche littérale que l’on retrouve dans les peintures photoréalistes traditionnelles de la fin du XXe siècle.

Tableau hyperréaliste de fruits
Tableau hyperréaliste de fruits
Crédits photo : Pixabay

L’hyperréalisme : la simulation de quelque chose qui n’a jamais vraiment existé

Alors, comment pouvez-vous définir distinctement une image hyperréaliste quand vous en voyez une ? Parfois ce n’est pas une tâche facile, les distinctions et les différences peuvent être très subtiles et cachées au premier regard. Principalement, ce sont les textures, les surfaces, les ombres et les effets de lumière qui sont peints pour paraître plus clairs et plus précis, exposant les nuances de l’hyperréalisme. Utilisant la philosophie de Jean Baudrillard, l’hyperréalisme est basé sur « la simulation de quelque chose qui n’a jamais vraiment existé ». S’appuyant sur l’imagerie numérique et les images haute résolution produites par les appareils photo numériques, les peintures et sculptures hyperréalistes développent l’image et créent un nouveau sens de la réalité, une fausse réalité qui agit comme une illusion convaincante. Des éléments émotionnels, sociaux, politiques et culturels sont incorporés en tant qu’éléments thématiques dans la « réalité » nouvellement formée. Les hyperréalistes incluent souvent des dessins préliminaires ou des grisailles et des moules dans leur processus créatif. Pour atteindre ce haut niveau de précision, les artistes utilisent habituellement des projections de diapositives photographiques ou des projecteurs multimédias sur des toiles ou d’autres techniques rudimentaires comme la grille. Quant aux sculptures, les polyesters sont appliqués directement sur le corps humain ou le moule. On ne peut nier le haut niveau de prouesse technique requis pour ce processus créatif unique, les maîtres du genre comme Chuck Close, Bert Monroy, Denis Peterson et d’autres, sont loués pour leur talent et leur capacité à transformer leur vision en une œuvre d’art stupéfiante. Beaucoup d’artistes montrent leur talent créatif à travers l’hyperréalisme, cependant, le public et la critique ne partagent pas tous la même admiration pour le genre….

Le livre Exactitude Hyperréalisme Aujourd’hui écrit par John Russel Taylor

Le réalisme a joué un rôle important dans l’histoire de l’art depuis la découverte de la perspective. John Russell Taylor décrit dans son livre l’effort de l’artiste pour recréer le moindre détail, depuis des siècles avant l’invention de la photographie jusqu’à nos jours. Ce livre a été publié en complément d’une série d’expositions intitulée « Exactitude » à la London’s Plus One Gallery d’artistes contemporains travaillant dans un style figuratif et hyperréaliste. La diversité de ces œuvres, qu’il s’agisse de natures mortes, de gros plans extrêmes, de grands paysages urbains, de paysages ou d’emballages commerciaux, est révélée. Les artistes, parmi lesquels Pedro Campos, Clive Head, Ben Johnson, David Ligare, Cynthia Poole, John Salt, Cesar Santander, Ben Schonzeit et Tjalf Sparnaay, viennent du monde entier mais sont unis ici par leur approche minutieuse de leur travail, qu’ils représentent des gens, des dîneurs américains, des dos de livres, ou des moteurs automobiles. Ce livre comprends 545 couleurs ainsi que 5 illustrations en noir et blanc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *