Le dadaïsme était un mouvement artistique et littéraire qui a débuté à Zurich, en Suisse. Il est né en réaction à la Première Guerre mondiale et au nationalisme que beaucoup pensaient avoir conduit à la guerre.

Qu’est-ce que le dadaïsme ?

Le dadaïsme est un mouvement artistique influencé par d’autres mouvements d’avant-gardecubisme, futurisme, constructivisme et expressionnisme. Sa production a été extrêmement diversifiée, allant de la performance à la poésie, la photographie, la sculpture, la peinture et le collage. L’esthétique de Dada ou dadaïsme, marqué par la dérision des attitudes matérialistes et nationalistes, s’est avérée une puissante influence sur les artistes de nombreuses villes. Entre autres Berlin, Hanovre, Paris, New York et Cologne, qui ont toutes généré leurs propres groupes. Le mouvement s’est dissipé avec l’avènement du surréalisme, mais les idées qui en sont issues sont devenues les pierres angulaires de diverses catégories de l’art moderne et contemporain.

Les idées clés du dadaïsme

  • Le dadaïsme était le premier mouvement d‘art conceptuel où les artistes ne se concentraient pas sur la fabrication d’objets esthétiques. Ils se concentraient plutôt sur la réalisation d’œuvres qui bouleversaient souvent les sensibilités bourgeoises et suscitaient des questions difficiles sur la société, le rôle de l’artiste et le but de l’art.
  • Les membres du dadaïsme avaient tellement l’intention de s’opposer à toutes les normes de la culture bourgeoise que le groupe était à peine en faveur de lui-même : « Dada est anti-Dada », s’écriaient-ils souvent. La fondation du groupe au Cabaret Voltaire de Zurich était appropriée : le Cabaret doit son nom au satiriste français du XVIIIe siècle, Voltaire, dont le roman Candide se moquait des idioties de sa société. Comme l’a écrit Hugo Ball, l’un des fondateurs du Cabaret et du Dada : « C’est notre Candide contre le temps. »
  • Des artistes comme Hans Arp voulaient incorporer le hasard dans la création d’œuvres d’art. Cela allait à l’encontre de toutes les normes de la production artistique traditionnelle où une œuvre était méticuleusement planifiée et achevée. L’introduction du hasard était un moyen pour les dadaïstes de remettre en question les normes artistiques et de questionner le rôle de l’artiste dans le processus artistique.
  • Les artistes dadas sont connus pour leur utilisation de ready-made – des objets du quotidien qui peuvent être achetés et présentés comme de l’art avec peu de manipulation par l’artiste. L’utilisation du ready-made a obligé à s’interroger sur la créativité artistique et sur la définition même de l’art et de sa finalité dans la société.

Œuvres d’art et artistes du dadaïsme

Les œuvres d’art ci-dessous sont les plus importantes de dadaïsme – qui à la fois donnent un aperçu des idées majeures du mouvement, et mettent en évidence les plus grandes réalisations de chaque artiste.

Ici, C’est Stieglitz – Francis Picabia

Picabia était un artiste français qui a embrassé les nombreuses idées du dadaïsme et en a défini certaines lui-même. Il a beaucoup aimé aller à l’encontre des conventions et se redéfinir pour trouver de nouvelles façons de travailler à plusieurs reprises au cours d’une carrière qui s’est échelonnée sur plus de 45 ans.

Au début, il a travaillé en étroite collaboration avec Alfred Stieglitz, qui lui a donné sa première exposition personnelle à New York. Mais plus tard, il critiqua Stieglitz, comme en témoigne ce « portrait » du galeriste, comme une caméra à soufflet, un levier de vitesses de voiture, un levier de frein, et le mot « IDEAL » au-dessus de la caméra en caractères gothiques. Le fait que la caméra soit cassée et que le levier de vitesses soit au point mort a été considéré comme le symbole de l’usure de Stieglitz, tandis que le texte gothique décoratif contrasté fait référence à l’art obsolète du passé.

Le dessin fait partie d’une série de portraits et d’images mécanistes créés par Picabia qui, ironiquement, ne célèbrent pas la modernité ou le progrès, mais, comme des œuvres mécanistes similaires de Duchamp, montrent que ce sujet pourrait constituer une alternative au symbolisme artistique traditionnel.

LHOOQ – Marcel Duchamp

Cette œuvre est un exemple classique de l’irrévérence des Dada envers l’art traditionnel. Duchamp a transformé une carte postale bon marché de la Joconde (1517) qui avait été récemment rendue au Louvre après avoir été volée en 1911. Alors qu’il s’agissait déjà d’une œuvre d’art bien connue, la publicité du vol en a fait l’une des œuvres d’art les plus vénérées et les plus célèbres : l’art avec un grand A.

Sur la carte postale, Duchamp a dessiné une moustache et une barbiche sur le visage de Mona Lisa et l’a marquée L.H.O.O.O.Q. Si les lettres sont prononcées comme si elles l’étaient par un francophone, on aurait l’impression de dire « Elle a chaud au cul », ce qui signifie « Elle a un beau cul ». Encore une fois, Duchamp a réussi à offenser tout le monde tout en posant des questions qui remettaient en question les valeurs artistiques, la créativité artistique et le canon général.

LHOOQ - oeuvre emblématique du dadaïsme
LHOOQ – oeuvre emblématique du dadaïsme
Crédits photo : Wikipedia

Le mot de la fin

Le dadaïsme était un mouvement artistique du début du XXe siècle qui rejetait l’idée de mouvements artistiques. Elle a vu le jour à Zurich pendant la Première Guerre mondiale sous la forme d’une collaboration entre peintres, écrivains et dramaturges, ainsi qu’avec d’autres types d’artistes. Elle était motivée par la nécessité d’accepter les horreurs de la guerre.

Le dadaïsme a remis en question les attitudes dominantes à l’égard de l’art, de la culture et de l’héritage du rationalisme occidental. Les dadaïstes voulaient modifier le concept traditionnel de l’art.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *