Le rideau est tombé sur la Fashion week de Paris édition automne-hiver 2020-2021 qui s’est déroulée du lundi 24 février 2020 au mardi 03 mars 2020. Après celle de New York, de Londres et de Milan, c’était au tour de la capitale française d’accueillir en grandes pompes plus de 70 créateurs. Voyons ce que nous pouvons retenir de ce grand moment.

Fashion week de Paris : Un retour aux sources pour la maison CHANEL

La maison Chanel a ouvert le bal de ce dernier jour de la Fashion Week de Paris. Comme à l’accoutumée, le décor surtout sur le podium a suscité les curiosités. Cette fois-ci, pas de thématique. Avec un décor épuré en noir et blanc, la maison a opté pour un retour aux sources tout en misant sur la sobriété. Virginie Viard, la directrice artistique, a transformé la nef du Grand Palais en un jardin de cloître pour présenter sa première collection sans Karl Lagerfeld.

Le décor rappelait, en fait, l’ancienne Abbaye cistercienne d’Aubazine, un lieu marquant le passé de Gabrielle Chanel. Quant au défilé, Virginie Viard a utilisé les notes d’amande, de pastel et de rose pour éveiller la gourmandise de ses invités. La maison a dévoilé des nouvelles collections à la fois féminine, glamour et bohème pendant ce grand défilé de mode. Les mannequins paraissaient évoquer innocence et maturité. Les cols Claudine festonnés, les manches ballon ou encore les chemisiers à jabot ont été mis à l’honneur.

Des motifs entrelacés sur fond de sequins pastel ou encore des associations de tweed et de tulle sont autant de nouveautés dans cette collection en vogue. Quant aux accessoires, les ceintures bijoux, les sautoirs ornés de perles, les manchettes en acrylique 70’s étaient également de mise. Sobre mais sophistiqué semblaient être les maîtres mots de cette nouvelle collection automne-hiver.

La mode comme miroir du temps pour LOUIS VUITTON

À la Cour carrée du Louvre, Louis Vuitton cloturait cette semaine de la mode en apothéose. Si Nicolas Ghesquière, le directeur artistique de la maison, a offert un défilé haute couture fascinant, le décor était saisissant dans le showroom. Pour présenter sa collection automne-hiver 2021, le créateur français a opté pour une imposante structure éphémère en verre.

200 personnages en habits du XVème siècle à 1950 ont surplombé le podium. Ces personnages  marquants de l’histoire de la mode en France ont été habillés par Milena Canonero, la célèbre costumière de Stanley Kubrick. Plus d’une centaine de ces figurants formaient ensuite un chœur et interprétaient une performance musicale conçue par Bryce Dessner et Woodkid, nommée «Three hundred and twenty».

Lors de ce défilé nommé « Le clash des temps », les silhouettes au corps plus réaliste qu’à l’accoutumée portaient des vestes masculines sans col à pan fendues dans le dos, des jupes cercle mélangeant les étoffes techniques ou encore des chaquetilla de matador de couleurs pétillantes. Des pantalons zippés de cosmonautes, des gros blousons en cuir de motards et des robes en maille métallique faisaient partie de leurs collections.

Quant aux accessoires, des minaudières carénées, des sacs Keepall monogrammés, des mini-cabas ou encore des petites besaces étaient arborés aux bouts des doigts ou sous les bras du mannequin. Côté souliers, les escarpins à bride ou à bout pointu métallisé ou des boots à la ligne acérée étaient adoptés.

D’autres défilés pour une clôture en beauté lors de la fashion week de Paris

Ce dernier jour de la Fashion Week parisienne a été rythmée par d’autres prestations dont celle de Lacoste. Pour cette édition, Louise Trotter a pris possession du Tennis Club de Paris pour dévoiler sa troisième collection. Quant à Valentin Yudashkin, il a opté pour un hôtel particulier d’Evreux situé à la place Vendôme pour dévoiler au grand jour sa dernière collection. Le couturier russe a, cette fois-ci, remplacé  les rubans de soie et les imprimés floraux par des lignes strictes et des couleurs plus sombres.

Miuccia Prada, de la marque italienne de vêtements Miu Miu, de son côté, a présenté un défilé aux airs victoriens. Vinyle sur PVC, cachemire bouilli sur toile en lin ou encore soie plissée sur maille élaborée, la créatrice jouait avec les matières pleines de noblesse tout en revisitant les sixties avec légèreté. Quant à la maison Gauchere, Marie-Christine Statz, à travers un savoir-faire artisanal combinait le design, l’architecture et les tissus luxueux.

Fashionistas, jeunes créateurs, maison de couture, industrie de la mode et même les célébrités ont pus repérés les tendances de la mode grâce à ces présentations. Que ce soit le streetwear ou le style rock, la mode parisienne ou la mode africaine, la couture automne ou la couture printemps… bref toutes les collections haute couture.

Conclusion

Cette fois encore, la grande capitale de la mode a accueilli dans ses plus beaux lieux pas moins de 96 marques nous dévoilant ainsi les prochaines collections automne-hiver de prêt-à-porter pour femmes. Même avec l’ombre du coronavirus, créateurs, journalistes, photographes et acheteurs ont tout de même répondu présent à cet événement le plus couru de la mode. On peut même dire que les créateurs de mode, designers, couturiers et stylistes qui ont participé à ces défilés de mode et défilés haute couture ont été satisfaits. Rendez-vous aux prochaines collections printemps-été.
3